• Accueil
    • > L'école
      • > Les Assises 2009

Les Assises 2009 de l'ESME Sudria

Le developpement durable, enjeu d'avenir à définir au présent, à l'ESME

L'ESME Sudria a organisé le 31 mars 2009, à l'occasion de la semaine nationale du Développement Durable, une demi-journée d'assises consacrées aux énergies renouvelables : « Les Assises de l'ESME Sudria : 2009, les Energies Renouvelables ».


Assise ESME SUDRIA 2009
envoyé par ESME_SUDRIA. - Plus de vidéos campus.

Les énergies renouvelables : une opportunité écologique, un outil de relance !

À l’heure où les énergies renouvelables prennent une place grandissante dans le débat public et politique, quel est leur avenir en France ?

Frédéric Lanoé et Antoine Saglio, à la tête de deux jeunes entreprises (wpd offshore France ; Eneryo) ayant le vent en poupe, ont accepté de répondre à la question posée par Teddy Follenfant, au cours de l’émission « Equateur » de RCF. Cette émission a permis de montrer que les énergies renouvelables, et l’éolien en particulier, constituaient, dans les prochaines années, l’alternative aux problèmes des énergies fossiles et la réponse aux préoccupations environnementales et même économiques.

Le développement de ces énergies de substitution semble bien être une activité prometteuse, car elles présentent de nombreux avantages : une production d’électricité importante et à faible coût, un développement économique, des retombées financières, la création d’emplois, le respect de l’environnement. Malgré un développement encore timide, elles constituent donc bien un enjeu tant énergétique qu’économique et environnemental. Certains de nos voisins l’ont compris et beaucoup de projets voient ainsi le jour. Notre pays est-il alors en retard ?

Energie eolienne

La France s'est fixé comme objectif d'augmenter la production d'énergies renouvelables, afin qu'elles atteignent environ 23% de la consommation totale d’énergie. Celles-ci sont donc plus que jamais au coeur des politiques publiques de l'énergie. Mais, gardons-nous de crier victoire, car la France doit encore développer les moyens mis en oeuvre pour atteindre les objectifs fixés de développement de la production d'énergies renouvelables.

La dynamique créée en leur faveur par le Grenelle de l'Environnement, prévoyant un développement accéléré de l'ensemble des filières des énergies renouvelables, doit être maintenue et les obstacles (financier, cadre législatif et réglementaire, déficit pédagogique, etc.) et réticences (pollution visuelle et sonores, etc) surmontés, au regard des bénéfices qu’elles peuvent apporter. Il n’y a cependant pas de difficultés insurmontables.

Une chose est sûre, les énergies renouvelables se développent plus rapidement là où elles sont le mieux soutenues, par exemple en Allemagne, en Angleterre, au Danemark et aux États-Unis. Comme le souligne avec justesse Frédéric Lanoé, « la France doit faire face au défi climatique du 21e siècle, en prenant le problème énergétique à bras le corps. Il ne faut plus parler mais agir et se montrer ambitieux, d’autant plus qu’il y a un gros apport économique dans ce secteur. Si la France a misé très tôt sur le nucléaire, elle ne doit pas délaisser les renouvelables qui sont ultimement les énergies les plus pérennes et qui, dans un contexte de crise, bénéficient d’une croissance mondiale très forte ».

Energies renouvellables

« En effet », poursuit Antoine Saglio, « c’est un secteur qui va recruter beaucoup de jeunes » avant d’ajouter « si nous nous dirigeons dans cette voie et que le train est parti, l’essentiel est de savoir rester dans la course sinon, d’autres le feront pour nous. Tant que l’on n’a pas trouvé l’énergie parfaite, il faut user de toutes les énergies, y compris le nucléaire. Il faut tout utiliser pour trouver l’énergie parfaite ». « Oui », conclut son confrère, « il faut utiliser toutes les énergies et le Grenelle va donner une impulsion dans ce sens.»

Il semble bien que le mix énergétique, c’est-à-dire le développement important des énergies renouvelables, soit l’une des réponses que l’on peut apporter, dans l’avenir à moyen terme, à une planète de plus en plus friande d’énergie et consommant toujours plus.

Leur développement doit donc se poursuivre, ce qui ne peut se faire sans une politique éducative, financière et normative proportionnelle.

Voir la prochaine date de Journée Portes Ouvertes
Venez nous rencontrer
à Paris
à Paris-Ivry
à Paris-Montparnasse
à Lille
à Lyon
Inscrivez-vous
ESME Sudria Paris, Lille et Lyon
Entretiens d'information personnalisés

Abonnez
-vous !

En savoir +

ESME Sudria en vidéo

Témoignages de diplômés et de parents

Les diplômés et leurs parents expliquent pourquoi ils ont choisi l'ESME

Vidéo Pourquoi choisir l'ESME Sudria

Une École d'ingénieurs généraliste dans tous les domaines où l'économie mondiale se développe et innove : les énergies, l'électronique de pointe, les télécommunications. La formation proposée est aussi solide en théorie qu'en pratique : les laboratoires, neufs, vastes et très bien équipés ajoutent la dimension « métier » à l'enseignement d'un corps professoral de haut niveau. Dans cet enseignement multi-facettes, l'élève ingénieur peut exprimer au mieux sa personnalité et sa créativité.

En savoir +

La Web-tv
de l'ESME
Sudria

En savoir +

Actualités

A propos de l'ESME Sudria

L'ESME Sudria est une école d'ingénieurs fondée en 1905 par Joachim Sudria. L'école est reconnue par l'Etat depuis 1922. L'école est habilitée par la Commission des Titres de l'Ingénieur (CTI) à délivrer son diplôme au nom de l'Etat. Le diplôme d'ingénieur de l'ESME Sudria est visé par le Ministère de l'Éducation Nationale. Le diplôme d'ingénieur de l'ESME Sudria confère le grade de Master. L'école est membre de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), de l'Union des Grandes Ecoles Indépendantes (UGEI) et de la Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieurs (CDEFI).

Infos pratiques

  • ESME SUDRIA
    38 rue Molière
    94200 Ivry-sur-Seine

    TEL : 01 56 20 62 00
  • PLAN DU SITE
  • MENTIONS LÉGALES
  • DATES CLÉS