INGÉNIEuRS DE TOuS LES POSSIBLES
École d'Ingénieurs reconnue par l'État depuis 1922
Diplôme d'Ingénieur habilité par la CTI
Membre de la Conférence des Grandes Écoles (CGE)
Membre de l'Union des Grandes Écoles Indépendantes (UGEI)

Le blog de l'ESME Sudria

Vous êtes ici :

Cillian Foulon (ESME Sudria promo 2020), futur ingénieur et arbitre de rugby

  • 13/09/2018

 


Actuellement en 4e année à l’ESME Sudria, Cillian Foulon (promo 2020) se prédestine à travailler dans le domaine de l’énergie. En attendant, ce futur ingénieur ayant fait ses gammes sur le campus lyonnais parvient à mener de front ses études supérieures avec sa passion pour le rugby. Une passion qu’il entretient depuis plusieurs années en tant qu’arbitre et qui l’a amené à officier sur les terrains d’Irlande, lieu de pèlerinage reconnu pour les mordus du ballon ovale, lors de son semestre à l’international de 3e année.



Qu’est-ce qui t’a poussé à rejoindre l’ESME Sudria ?
D’abord ses nombreux partenariats internationaux : je savais qu’en rejoignant l’école, j’allais avoir un grand choix de destinations possibles ! Ensuite, la présence d’un cursus dédié à l’énergie a aussi conforté mon choix : c’est un secteur qui m’intéresse, même si je me laisse encore un peu de temps avant de savoir vers quel métier je souhaite me diriger.

Quand es-tu devenu arbitre ?
Quand j’ai commencé à jouer au rugby à l’âge de 11 ans, mon entraîneur m’a envoyé suivre une formation de joueur-arbitre afin que j’apprenne les règles. Cet aspect du rugby m’a plu et chaque fois que je pouvais arbitrer, je le faisais. Quand j’ai enfin été en âge de prendre ma licence arbitre, j’ai continué naturellement. Aujourd’hui, c’est aussi un moyen pour moi de rester dans le monde du rugby suite à ma décision d’arrêter de jouer : j’estimais qu’étudier, jouer et arbitrer n’était pas possible.

À quel poste évoluais-tu sur le terrain en tant que joueur ?
J’ai joué à tous les postes possibles, mais à la fin, j’évoluais en tant que deuxième ligne.

Passer du jeu à l’arbitrage, cela créé un manque ou le plaisir reste-t-il intact ?
Le manque est là, bien sûr, mais l’arbitrage reste un bon moyen de continuer à participer au jeu. C’est encore autre chose.



Pour toi, c’est quoi être arbitre, justement ?
Un arbitre, c’est avant tout quelqu’un d’intègre : il ne doit à aucun moment adapter son arbitrage à la faiblesse d’une équipe par rapport à l’autre, en étant plus clément. Il doit par ailleurs faire abstraction de toutes relations qu’il peut entretenir avec les joueurs ou les staffs, afin d’éviter des situations ambiguës rendant l’exercice très compliqué quand on arbitre son ancien club par exemple. L’arbitre est aussi celui qui accompagne le jeu tout en veillant au respect des règles et à la sécurité des joueurs. Il doit avoir une connaissance du jeu lui permettant d’anticiper les actions afin d’éviter de gêner les joueurs. Mais c’est également un homme : il peut donc se tromper et doit être en capacité de le reconnaître afin de progresser dans son arbitrage.

Comment te prépares-tu pour tes matchs ?
Ma préparation se fait en deux temps, d’abord via une partie axée sur la condition physique puis via une partie plus axée sur l’arbitrage et la théorie. Pour ce qui est de la préparation physique, je m’entraîne deux fois par semaine avec le club d’athlétisme du Décines Meyzieu Athlétisme (DMA) dans le Rhône afin d’augmenter mon endurance et ma vitesse ainsi que pour parfaire ma technique de course. Pour la partie théorique, je travaille avec mon coach sur les vidéos de mes matchs précédents. Nous échangeons sur mes points forts et faibles, puis mettons en place des objectifs pour le match à venir. Par ailleurs, toutes les deux semaines, je suis une formation pendant laquelle nous travaillons une partie spécifique du règlement afin d’explorer tous les cas possibles que nous pouvons rencontrer en match.

Dans le monde du rugby, on a l’impression que la figure de l’arbitre reste très respectée. Cela rend la tâche moins difficile que dans d’autres sports ?
C’est sûr que l’arbitrage est davantage respecté dans le rugby que dans le foot, ce qui rend le fait d’arbitrer plus facile. Cependant, cette image se détériore aussi et, de nos jours, on voit parfois l’arbitre être remis en cause !



Quels sont tes meilleurs souvenirs dans l’arbitrage ?
J’ai eu beaucoup de chance depuis l’obtention de ma licence car j’ai participé à de nombreux événements extra-comité. J’ai ainsi pu arbitrer lors du jubilé Michel Couturas à Bourgoin, entre les deux matchs de gala, dans un stade plein, avec des arbitres professionnels à la touche, des grands joueurs sur le bord du terrain – Sébastien Chabal, Lionel Nallet, Julien Bonnaire… Une expérience inoubliable ! J’ai aussi eu la chance d’assister à un avant-match du Top 14 avec l’arbitre professionnel Salem Attalah lors de la rencontre LOU RugbyRacing 92 et j’ai eu la surprise de me retrouver face au capitaine du Racing, Dan Carter, double champion du monde avec la Nouvelle-Zélande et meilleur joueur au monde. La fédération m’a aussi désigné sur plusieurs matchs et tournois nationaux dont les sélections équipes de France -16, -17 et -18 ans en 2017. Ça a été une expérience très enrichissante d’approcher le plus haut niveau chez les jeunes.

Tu étais récemment en Irlande pour ton semestre international de 3e année. Que retiens-tu de cette expérience ?
J’ai passé un semestre complet au Griffith College de Dublin… et si j’ai choisi d’aller en Irlande, c’était aussi pour pouvoir continuer à arbitrer et aller voir des matches ! Il a fallu remplir un dossier près d’un an à l’avance afin que la Fédération irlandaise de rugby accepte ma demande. Pour cela, j’ai eu le soutien de Joël Dumé, le patron des arbitres français, qui a géré en direct mon dossier. Une fois arrivé sur place, j’ai été mis en contact avec Dudley Phillips, le patron des arbitres irlandais, qui m’a ensuite mis en relation avec le responsable des arbitres du Leinster, Ciaran O’Brien. En plus des différents échanges que j’ai pu avoir avec plusieurs arbitres irlandais, j’ai pu arbitrer deux matchs : un match de phases finales des U20 et un match opposant un club français à un club irlandais en U16. Ces deux matchs m’ont permis de continuer à améliorer mon arbitrage, découvrir une autre vision du rugby et parfaire mon anglais lors de mes échanges avec les joueurs, staffs, supporters…


Cillian avec l’arbitre professionnel Salem Attalah…

… la légende Dan Carter…

… et les arbitres de la rencontre LOU Rugby – Racing 92


Plusieurs grands matchs se sont déroulés en Irlande avec des arbitres français aux commandes. As- tu eu l’occasion d’en rencontrer ?
Les arbitres français étaient particulièrement représentés lors de matchs d’équipes irlandaises cette année, que ce soit durant le Tournoi de Six Nations, son équivalent U20 ou la Champions Cup. J’ai assisté à certains de ces matchs, notamment le match du Tournoi des Six Nations U20 opposant l’Irlande à l’Ecosse. Lors de ce match, les officiels étaient tous français. Le juge de touche n°1 était l’arbitre professionnel – et international – du comité du lyonnais avec qui j’avais échangé sur l’arbitrage en Irlande avant mon départ. Je l’ai donc contacté le jour du match pour lui demander si je pouvais passer un moment du match avec eux et cette demande a été acceptée. Une fois arrivé au stade, j’ai donc rejoint le vestiaire arbitre où une accréditation avec accès à tout le stade m’a été donnée. J’ai ainsi pu rencontrer l’arbitre du match : Ludovic Cayre, les deux juges de touches, Cyril Lafon (JT1) et Arnaud Blondel (JT2) et l’arbitre vidéo Philippe Bonhoure. Pendant tout l’avant-match je suis resté avec le trio arbitral qui m’a emmené avec eux dans le vestiaire des équipes, sur le terrain… et l’arbitre vidéo m’a fait visiter le carré vidéo et m’a expliqué tous les protocoles. J’ai ensuite rejoint ma place pour le match et, dès le coup de sifflet final, j’ai pris le chemin du vestiaire afin de vivre l’après-match avec les arbitres. J’ai pu échanger avec eux sur le match, partager nos différents points de vue et parler de l’arbitrage au haut-niveau avec Ludovic Cayre. Une fois la rencontre terminée et toutes les formalités administratives remplies, les arbitres m’ont emmené avec eux à la réception d’après-match dans un grand restaurant dublinois, avec discours des capitaines, de l’arbitre et remises de cravates à tout le corps arbitral dont j’ai fait partie le temps de cette excellente soirée. Elle restera comme un de mes meilleurs souvenirs d’arbitrage !


Cillian avec le corps arbitral lors du Tournoi des Six Nations U20

Partager cet article:

Etablissement d'enseignement supérieur privé - Inscription Rectorat Créteil 094 1953 M - Cette école est membre de IONIS Education Group comme :