INGÉNIEuRS DE TouS LES PoSSIBLES
École d'Ingénieurs reconnue par l'État depuis 1922
Diplôme d'Ingénieur habilité par la CTI
Membre de la Conférence des Grandes Écoles (CGE)
Membre de l'Union des Grandes Écoles Indépendantes (UGEI)

Le blog de l'ESME Sudria

Vous êtes ici :

Objectif réussi pour l’opération « Elles Bougent pour l’Energie » à l’ESME Sudria Paris !

  • 22/10/2019
« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

Organisée le jeudi 10 octobre 2019 par l’association Elles Bougent et ses partenaires dans 14 régions de France, l’opération « Elles Bougent pour l’Energie » avait pour objectif de faire découvrir à plus de 2 000 participantes les métiers et enjeux de ce secteur en pleine mutation. À Paris, après une matinée consacrée à des visites d’entreprises, plus de 250 collégiennes et lycéennes se sont ensuite retrouvées au campus Paris Ivry de l’ESME Sudria pour rencontrer des professionnelles et découvrir des métiers passionnants comme des nouvelles technologies. Une après-midi haute en couleurs et en sourires qui a surtout permis aux jeunes filles présentes de ne plus avoir peur d’oser rêver à une carrière dans le monde de l’ingénierie !

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

En cette fin de journée, Bintou est radieuse. Parce que sa classe du Collège Paul Eluard de Garges-lès-Gonesse a remporté le concours photo initié par Elles Bougent, bien sûr, mais aussi parce que ce jeudi lui a permis de gagner encore davantage confiance en elle pour les années à venir. « J’ai beaucoup aimé cette journée car cela m’a permis de découvrir plein de métiers de femmes que je ne connaissais pas, comme le métier d’ingénieur en digital marketing par exemple, se réjouit la collégienne. Avant de venir, je n’hésitais pas à me lancer dans des études comme ça, mais là, ça me donne encore plus de force ! » Un enthousiasme qui se ressent aussi dans le discours de Clarisse, pensionnaire du Collège Jean Perrin à Paris : « Souvent, quand on voit que les femmes et les hommes n’ont pas l’air d’avoir les mêmes droits, ça casse le moral. Alors, quand on nous explique qu’une femme peut faire le même métier qu’un homme, cela nous permet de garder espoir ! Moi, cette journée m’a fait plaisir et m’a montré que je pouvais croire en mes chances de devenir architecte. D’ailleurs, durant la visite de l’entreprise du matin, on a un peu parlé d’architecture. J’ai reçu quelques idées et des conseils utiles pour la suite ! »

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

L’importance de l’exemple

Rien que pour ces mots, cette 3e édition de l’opération « Elles Bougent pour l’Energie » valait le coup. C’est en tout cas l’avis de l’ensemble des entreprises ayant participé à l’événement hébergé par l’ESME Sudria, à l’image de Siemens Gamesa. « Il est important pour nous de promouvoir nos activités auprès d’un public féminin et de pouvoir ainsi peser dans leur choix d’orientation professionnelle, assure Delphine Lavergne, HR manager au sein de l’entreprise. Pour cela, nous mettons également en avant nos collaboratrices, comme les deux marraines Elles Bougent de cette journée. Dans notre entreprise, nous avons un ratio de femmes encore trop faible malheureusement, aux alentours de 10 % des effectifs. Mais pour changer cela, nous faisons la promotion du développement des métiers techniques auprès des femmes. D’ailleurs, trois nouvelles femmes ingénieures ont rejoint nos équipes en 2019 et nous souhaitons continuer sur cette lancée ! Avoir des femmes dans ces métiers, c’est important pour peser dans un choix encore assez fermé sociétalement et ouvrir la porte à d’autres minorités ! »

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

Au cœur d’un grand nombre d’événements soutenus par Elles Bougent, la promotion des métiers de l’ingénierie par les femmes est loin d’être accessoire. En effet, la multiplication de ces initiatives aide à faire bouger les lignes et ce n’est pas Omer Ogren, professeur de technologie au Collège Robespierre d’Épinay-sur-Seine, qui dira le contraire : « Même si j’ai changé de métier depuis, je suis issu d’une formation d’ingénieurs. Malheureusement, c’est un domaine où l’on ne compte que très peu de filles. Faire participer mes élèves aux événements d’Elles Bougent est donc important pour moi car cela leur permet de casser des stéréotypes et balayer certaines idées reçues sur les métiers scientifiques. Il s’agit de stéréotypes qu’elles cultivent parfois elles-mêmes, en pensant que le travail dans le bâtiment, l’électronique ou l’informatique est seulement fait pour les garçons. Elles s’imaginent souvent ces métiers comme de la manutention, ce qui n’est pas le cas. Cela fait quatre ans que je travaille avec l’association et je suis content car cela donne déjà des résultats positifs. Par exemple, j’ai revu récemment des élèves qui avaient participé à un événement Elles Bougent consacré au domaine du transport il y a 3-4 ans : elles ont aujourd’hui pris la voie de l’ingénierie. Ça me fait plaisir ! »

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

Continuer à motiver et à faire bouger les lignes

Elles Bougent n’a pourtant pas uniquement vocation… à créer des vocations, justement. L’action de l’association permet aussi aux jeunes filles de gagner en expérience avant même d’obtenir le baccalauréat pour, peut-être, accomplir de grandes choses dans le futur. Actuellement en terminale au Lycée Saint-Érembert de Saint-Germain-en-Laye, Alia ne manque d’ailleurs pas d’ambition et espère bien contribuer à changer le monde : « Durant la matinée, on a découvert le monde du travail en visitant les coulisses de l’aéroport Charles De Gaulle et, l’après-midi, on a échangé avec les marraines d’Elles Bougent, pour qu’elles nous partagent leurs expériences en tant que femmes qui travaillent dans l’énergie et l’environnement… Moi, ça m’a particulièrement plu car, depuis la 5e, je veux travailler dans l’environnement ! Aujourd’hui, je suis en terminale et cette envie ne m’a toujours pas quitté. Cette journée m’a encore plus motivé à travailler dans ce secteur : je veux me diriger vers l’urbanisme environnementale pour concevoir et construire les bâtiments de demain en fonction des contraintes écologiques. »

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

Nul doute que les envies d’Alia ont de quoi séduire Hélène Fernandez du ministère de la Transition écologique et solidaire. Présente pour la clôture de l’événement, la haute fonctionnaire en charge de l’égalité Femme-Homme et de la lutte contre les discriminations n’a pas manqué de rappeler combien il était important de donner de l’espoir aux nouvelles générations. « Le ministère est partenaire d’Elles Bougent et la ministre, Elisabeth Borne, est aussi marraine de l’association. C’est le signe que c’est très important pour nous et cela l’est d’autant plus dans ce contexte actuel de transition énergétique qui demande de chercher des jeunes talents. Être présent auprès des jeunes, en particulier des collégiennes et lycéennes, est nécessaire quand on connaît cette absence de mixité dans les métiers techniques et scientifiques, y compris dans les métiers ministériels liés au transport, au bâtiment et à l’énergie. C’est un problème et une situation qui, malheureusement, n’évolue pas. Depuis très longtemps, on observe le rejet de ces métiers par les jeunes filles, mais l’on ne veut pas se résigner à cela. C’est pourquoi l’on profite de chaque occasion pour faire un appel aux jeunes filles pour leur expliquer que ces métiers leur sont également ouverts, qu’ils peuvent leur offrir de grandes perspectives, de belles carrières, et qu’ils leur permettront de très bien gagner leur vie comme leurs homologues masculins. C’est aussi comme cela que l’on pourra progresser vers l’égalité salariale qui, dans notre pays, est encore un idéal et non une réalité. »

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

Et si, au final, les jeunes filles sont toutes reparties du campus de l’ESME Sudria avec de nouvelles idées en tête, elles n’étaient pas les seules à arborer un large sourire. Sabine Lunel-Suzanne, vice-présidente d’Elles Bougent, était également ravie de cette belle initiative qui, cette année, s’est déployée de l’Alsace à la Normandie en passant par la Guyane. « Organiser des événements avec Elles Bougent pour permettre aux jeunes filles de mieux comprendre ce que peuvent être les carrières qu’elles brigueront demain, c’est très important et cela quel que ce soit le domaine technique et technologique. En effet, ces filières sont porteuses d’emploi aujourd’hui et le seront encore davantage demain ! Mais cet événement « Elles Bougent pour l’Energie » nous tient aussi à cœur car le domaine de l’énergie est crucial : dans notre quotidien, chaque jour, l’énergie est nécessaire à nos activités personnelles et professionnels, de notre radio réveil à la lampe de chevet que l’on éteint le soir avant de se coucher. Pourtant, c’est un secteur qui manque de compétences et recherche crucialement des gens à recruter. Il n’y a pas assez de monde et donc pas assez de femmes. Si ce genre d’événement peut donc inciter les filles à se lancer dans des études autour de l’énergie, à faire des métiers encore trop malheureusement perçus comme des métiers d’hommes, alors on aura réussi. Ces métiers ont du sens et donnent lieu à de belles carrières. » Voilà les collégiennes et lycéennes prévenues : le monde de demain n’attend qu’elles !

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

« Elles Bougent pour l'Energie » à l’ESME Sudria Paris

Partager cet article:

Etablissement d'enseignement supérieur privé - Inscription Rectorat Créteil 094 1953 M - Cette école est membre de IONIS Education Group comme :